Parachutisme : Chute libre.net
Gwenael Bagate
06 82 69 33 24
Parachutisme
Chute Libre

Conseils et informations pratiques

Choisir la meilleure façon de découvrir le parachutisme

Apprendre à chuter, c'est comme apprendre à nager. On est confronté à un élément inconnu (l'air à 50 m/s) qu'il faut apprendre à maîtriser. Une personne lâchée seule sans apprentissage à 4000 mètres de haut, aurait à peine 50 secondes pour apprendre à se stabiliser et arrêter de virevolter en tous sens. Ses chances de réussite seraient faibles, car il faut être stable et face au sol pour ouvrir son parachute en sécurité.

Saut en tandem

Le saut en parachute tandem

Après une formation de quelques minutes, vous pourrez goûter à la chute libre en toute sécurité. Vous sortirez de l'avion à 4000 m de haut, vous filerez dans l'air à 200 km/h dans un bruit assourdissant. Vous verrez la terre comme seuls les parachutistes peuvent le faire. Votre sécurité sera assurée par un moniteur qualifié qui assurera votre stabilité pendant la chute libre, ouvrira le parachute, vous en confiera les commandes, puis les reprendra pour gérer l'atterrissage.

Le saut en tandem est le saut découverte par excellence, il permet de profiter pleinement de ces instants exceptionnels. En contrepartie, il ne permet pas d'apprendre à sauter seul. Cependant, il peut être fort utile avant une PAC pour évacuer le stress du premier saut.

 
Premier saut PAC

La Progression Accompagnée en Chute (PAC)

C'est la méthode moderne pour apprendre à sauter seul. On est accompagné pendant la chute libre par deux moniteurs lors du premier saut puis par un seul pendant les suivants Après l'ouverture du parachute à 1500 m, on se pose aidé par un guidage par radio. Après 6 sauts, on peut généralement sauter seul.

Le saut d'initiation

C'est le premier saut de la progression PAC (Progression Accompagnée en Chute) avec la même formation. Si on le désire, il peut se poursuivre par une PAC complète. Cette formule nécessite une grande concentration tout au long du saut et il vaut mieux ne pas chercher à admirer le paysage. C'est seulement au bout de 10 à 20 sauts que l'on pourra se le permettre.

 
Méthode traditionnelle

La progression traditionnelle

Elle nécessite une formation complète comme la PAC. Le saut avec ouverture automatique a lieu à 1200 m. Cette méthode d'apprentissage qui conduit à l'autonomie est longue et est de moins en moins utilisée.

Se préparer pour un saut PAC

Théorie

Avant le stage théorique, il n'est pas interdit de feuilleter le document : « Manuel Notions de base - premiers sauts¹ » édité par la FFP. En effet, les consignes de sécurité et les conduites à tenir en cas d'incident ne seront jamais trop sues. Un petit oubli peut avoir de graves conséquences.

¹ Ce document est une actualisation du livret « Du premier saut au brevet B » fourni avec un CD qui permet de tester ses connaissances. Ils sont actuellement épuisés. On peut cependant encore en trouver.

Psychologie

Lors du premier saut PAC, on est confronté à un milieu entièrement nouveau et inconnu. Il ne faut donc pas espérer être en pleine possession de ses moyens car tous les sens sont sollicités d'une façon inhabituelle et très intense. La notion du temps est perturbée et en cas d'incident la conduite à tenir doit impérativement être mise en œuvre en quelques secondes, d'où la nécessité de parfaitement maîtriser les procédures de sécurité.

En toutes circonstances la maîtrise de soi est impérative. La panique est interdite.

Préparation physique

Il est évident qu'il est nécessaire d'être en en forme et en bonne santé, mais il faut aussi être assez souple pour se cambrer et obtenir une position stable. Il est utile d'assouplir sa colonne vertébrale et ses hanches pour arriver à prendre une position correcte. Les femmes sont naturellement plus favorisées que les hommes.

En cas de fragilité des épaules, il est important de les muscler pour éviter les luxations.

Comment se vêtir

En altitude la température baisse d'environ 6°C tous les 1000 m. Ainsi à 4000 m, il faut s'attendre à une température voisine de zéro même en plein été. Comme on ne reste pas longtemps la porte ouverte, environ une ou deux minutes, on n'a pas vraiment le temps d'avoir froid.

Pendant la chute libre, toute l'énergie potentielle accumulée lors de la montée est dissipée par le frottement sur l'air et est donc transformée en chaleur. Si on prend un parachutiste équipé pesant 80 kg, soit sensiblement 800 N, chutant à 50 m/s, il dissipe une puissance de 800x50=40 kW. C'est environ 100 fois la puissance que peut fournir un homme dans un sprint. Une petite partie de cette puissance est transformée en chaleur sur les vêtements. On n'a donc généralement pas froid pendant la chute libre.

La descente sous voile dure assez longtemps pour attraper froid quand la température au sol est fraiche. Il faut donc se couvrir en conséquence. On pourra aussi porter des gants. Si on n'est pas le passager d'un tandem, ils doivent permettre de saisir facilement la poignée d'ouverture du parachute.

Le matériel du parachutiste

Sac harnais

Le parachute

C'est l'élément essentiel de notre sport. Le parachute est composé du sac harnais qui contient une voile principale, une voile de secours et un système de sécurité.
Le parachute est régulièrement contrôlé et vérifié. Durant le stage PAC, vous apprendrez à plier votre parachute. En revanche le pliage du parachute de secours est confié à des personnes spécialement habilitées. Ce parachute doit obligatoirement être déplié, vérifié et replié périodiquement (actuellement tous les ans).

 

L'altimètre

Altimètre

C'est cet instrument qui nous permet de savoir à quelle hauteur on se trouve. Il est accroché au poignet comme une montre. On trouve désormais des altimètres sonores qui se fixent au casque et nous avertissent lorsqu'il est "l'heure" d'ouvrir son parachute.

 

Le déclencheur de sécurité

Déclencheur de sécurité

Appareils de sécurité permettant le déclenchement automatique du parachute de secours en cas "d'oubli". Ce système est obligatoire en France pour tous les pratiquants depuis le 1er Janvier 2000. Il est monté dans le sac-harnais en haut duquel on peut voir le dispositif permettant sa mise en marche et son contrôle.

 

Les lunettes

Lunettes

A 200 km/h, des lunettes spéciales sont nécessaires. Elles vous seront fournies pour la réalisation de votre saut. Il n'y a aucune contre indication à porter des lentilles de contact... ne les oubliez pas pour profitez de la vue. Pas de problème également si vous portez des lunettes de vue, prenez les plus petites que vous ayez (également les plus souples et plus anciennes si possible).

 

Le casque

Casque

Il n'est pas nécessaire lors d'un saut en Tandem mais obligatoire lors d'un saut PAC. Il est fourni pendant le stage.

Il n'existe pas de casque homologué. Les casques spécialement conçus pour le parachutisme protègent du bruit et sont étudiés pour être équipés d'un ou deux altimètres sonores. Ils permettent de fixer des caméras vidéo et des appareils de photo. Dans ce cas, un système de libération rapide du casque est obligatoire pour prévenir le risque d'accrochage du casque dans les suspentes.

 
Combinaison de parachutiste

La combinaison

La combinaison de parachutiste est pourvue de poignées le long des bras et des jambes. Cela permet aux parachutistes de se saisir en vol. La combinaison est nécessaire dans certaines disciplines de compétition, très utile pour la PAC et facultative pour le tandem. Les caractéristiques de la combinaison influent sur la vitesse de chute. On peut ainsi compenser partiellement des différences de vitesse entre chuteurs.

 
Retour vers page d'accueil   Plan du site Conforme aux normes XHTML1.0 CSS   Explications...